L’enfant grandit, bouge, apprend… pour l’accompagner, l’ostéopathe s’assure qu’aucun trouble de mobilité ne perturbe son développement.

Il peut compléter le suivi médical et paramédical (kinésithérapie, orthophoniste, psychologue…) en cas de douleurs de croissance, d’épiphysite de croissance (maladie de Sever, d’Osgood Schlatter, de Scheuermann…), de scoliose, d’hyperactivité, de troubles de la concentration, de stress, de troubles digestifs, d’énurésie (=pipi au lit), de troubles du sommeil…

La prise en charge ostéopathique est également utile chez le jeune sportif, car le sport, même pratiqué dans de bonnes conditions, peut entraîner des contraintes importantes sur un corps déjà soumis aux déséquilibres dus à la croissance.